Accueil » ACTUALITÉS » La construction bois plaît mais suscite encore des réticences

ACTUALITÉS

La construction bois plaît mais suscite encore des réticences

VIGNETTE

D’après une étude réalisée par l’IFOP, l’attirance des Français pour la construction bois, notamment dans des projets de rénovation et d’agrandissement se confirme mais certaines réticences persistent. Mise en œuvre jugée compliquée, coût élevé, entretien contraignant... Autant d’éléments qui les empêchent de passer à l’acte.

S’il y a dix ans construire en bois était encore quelque chose de rare en France, aujourd’hui, cela est devenu quelque chose de commun. En dix ans, la perception des Français a en effet beaucoup évolué par rapport à ce type d’habitat : ils en ont une image beaucoup plus positive qu’avant et ont abandonné certains préjugés.

D’après une étude* réalisée par l’IFOP pour le site Bois.com, 65% se disent d’ailleurs prêts à opter pour du bois pour un projet de rénovation, d’agrandissement ou d’aménagement extérieur. "Ce chiffre est très encourageant. Il confirme ce que j’ai pu moi-même constater sur le terrain, commente Jean Julien-Laferrière, architecte spécialisé depuis plus de dix ans dans la construction bois. Désormais, les gens osent faire le choix du bois".

En plus de son attrait esthétique, de ses apports en termes de confort et de son intérêt écologique, bien assimilés, ils lui reconnaissent désormais de nouvelles qualités comme, par exemple, une bonne solidarité et une excellente durabilité dans le temps. Ils ont également compris que les constructions en bois ne présentaient pas plus de risque d’incendie qu’une autre. "Les gens ont cru pendant longtemps qu’elles étaient plus sensibles au feu que les autres. Or, c’est complètement faux, insiste Françoise-Hélène Jourda, architecte spécialisée dans le développement durable. Si le bois de charpente est bien dimensionné, il ne brûle pas. En tout cas, il brûle moins vite, ce qui permet à la construction de rester plus longtemps debout"

Principal blocage :


Seulement voilà : si les Français sont fortement attirés par le bois, ils n’optent encore pas forcément majoritairement pour lui. L’étude de l’IFOP révèle en effet qu’un certain nombre de blocages persistent par rapport aux constructions bois. Parmi eux : le coût, qui reste plus élevé que celui d’une construction maçonnée. Un argument que les professionnels ne contestent pas. "Certes, nous ne sommes pas les plus compétitifs, même pour une maison d’entrée de gamme, reconnaît Luc Charmasson, vice-président du CODIFAB (Comité professionnel de développement des industries françaises de l'ameublement et du bois). Mais nous travaillons à faire baisser les prix et, cela devrait changer d’ici deux ou trois ans. Après, il ne faut pas perdre de vue que si l’investissement est plus élevé au départ, il peut être rentabilisé par la suite grâce notamment aux économies d’énergie qui pourront être réalisées par la suite ainsi qu’à la plus value immobilière dont les propriétaires vont pouvoir bénéficier en cas de vente".

Autre élément pointé du doigt : l’entretien du bois jugé contraignant, notamment lorsqu’il est mis en œuvre au niveau de la façade. "Il est vrai que le bois réclame un entretien régulier mais seulement lorsqu’il reste au naturel, explique Nicolas Masurel, architecte nantais à l’origine de nombreuses extensions bois. De multiples solutions existent, notamment des bardages peints, qui offrent les mêmes garanties de vie qu’un enduit qui habille les façades des maisons maçonnées".

our finir, l’étude révèle également une certaine réticence des Français à l’égard de la mise en œuvre de certaines solutions bois, notamment l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) qu’ils jugent "compliquée". "L’ITE est une nouvelle technique que les particuliers connaissent encore mal, analyse Luc Charmasson. Si sa mise en œuvre requiert effectivement des compétences particulières, elle présente en contrepartie des avantages non négligeables : elle ne réduit pas la surface habitable du logement et évite d’avoir à déménager pendant les travaux".

Le bois part en campagne

En réaction à ces préjugés persistants, les professionnels de la filière ont en quelque sorte décidé de partir en campagne pour promouvoir la construction bois. "L’image de la construction a énormément évolué depuis ces dix dernières années et nous ne pouvons que nous en réjouir mais il ne faut pas rester sur nos acquis. Il nous reste encore à convaincre et, surtout, à affiner les connaissances par rapport aux différentes solutions existantes", conclut Luc Charmasson.

A l’instar des candidats à l’élection présidentielle, ils sillonneront la France à partir du mois d’Avril. Paris, Lille, Strasbourg, Dijon, Toulouse, Nantes,... Dans toutes ces villes, des colloques - réunissant des architectes, des maîtres d’œuvre et d’ouvrage - seront organisés afin de "faire la preuve de la capacité à innover des industriels et des performances techniques constructives à base de matériau bois".

A noter que le message sera également relayé au travers d’un film publicitaire tourné au sein d’une maison bois et du site Bois.com qui présentera un nouveau visage à partir du 15 avril.

*Sondage réalisé selon la méthode des quotas du 14 au 17 février 2012 auprès de 992 personnes représentatives de la population âgée de 18 ans et plus.

Source

Sondage

Que faut-il améliorer pour répondre à vos attentes ?

témoignages
tendance déco bois
trucs et astuces bois
choix du chauffage bois
la qualité de nos articles
la quantité de nos articles

Témoignages

Mme Jallon, pouvez-vous nous présenter Propellet ? Propellet est une...

...

Tags

Maison bois Atriers Chaufferie Chauffage au bois Poêle à bois Construction bois Énergie bois Insert bois Poêles à bûches Toiture en bois Crédit d'impôt Filière bois Pellets Chaudière à bois Conduit de raccordement Tendance déco bois Bois déchiqueté Combustion de bois Granulés de bois Mon Chauffage Bois DTU 24.1 Conduit de fumée extérieur Fumistes Conduits de fumée Bois de chauffage Bois bûches Rénovation Bois Tubage Cheminée bois Combustibles bois Chauffage aux granulés de bois