Accueil » ACTUALITÉS » La nouvelle gare basse énergie sera chauffée au bois

ACTUALITÉS

La nouvelle gare basse énergie sera chauffée au bois

VIGNETTE

Pierre Messulam, directeur du Projet TGV Rhin-Rhone à la SNCF

En Décembre 2011, la nouvelle gare TGV qui doit être construite à une quinzaine de kilomètres du centre-ville sera la première en France à être certifiée haute qualité environnementale (HQE). Qu'est-ce que cela va changer?

Le respect du paysage d'abord. Cette gare sera adossée à un talus en lisière de forêt. Il fallait respecter le site, s'y inscrire en douceur. L'enfouissement partiel du bâtiment, qui aidera son isolation, et le choix d'une toiture végétale y contribuent. L'architecte Jean-Marie Dutilleul s'est inspiré des constructions locales de Vauban avec des murs en pierre percés de petites ouvertures.

 

Le parking a fait l'objet d'une réflexion originale

Chamars, le principal parking urbain de Besançon, est planté de grands arbres. Cette particularité, nous l'avons transposée. Nous avons conservé les arbres majeurs du site et construit le parking de 1000 places autour. Ce qui rompt avec l'époque où on rasait tout avant de replanter.

 

Peut-on facilement concilier fonctionnalité et environnement ?

Cela crée des contraintes mais nous voulions être exemplaires. Le bâtiment sera basse énergie avec un puits canadien, 300 m² de panneaux photovoltaïques sur une toiture plein sud, des capteurs solaires. Mais, forts des spécificités de la région, nous avons aussi opté pour une chaufferie bois qui permettra d'assurer 90% des besoins. Avec un approvisionnement de proximité, limité à 30 km pour participer au développement de la filière.

 

Cette gare sera située en dehors de la ville. Cela implique des déplacements, donc de pollution...

Elle sera reliée à l'actuelle gare de centre-ville par le rail, avec l'aménagement d'une ligne existante sur laquelle circuleront des TGV et navettes TER. La gare nouvelle mise sur l'intermodalité. La développement futur des véhicules électriques a été intégré.

Propos recueillis par Jean-Pierre Tenoux. Source " le Monde".