Accueil » ÉCONOMIE / ÉCOLOGIE » Le débardage équin au secours des forêts

ÉCONOMIE / ÉCOLOGIE

Le débardage équin au secours des forêts

VIGNETTE

Le cheval peut être utilisé dans toutes les situations possibles en forêt mais pour des raisons économiques et surtout des choix d'exploitation, il est généralement employé sur des chantiers délicats ou souvent inaccessibles aux machines.

Ces différents chantiers de débardage sont appelés les zones d'interventions privilégiées du cheval et sont :

  • les zones humides : (tourbières, marécages) où seul le cheval est capable d'aller sans risquer de s'enliser ni de créer des ornières.
  • Les bords des cours d'eau : le cheval peut se déplacer le long des berges sans risques d'éboulement du fait de son faible poids (700 kg en moyenne) alors qu'un tracteur fait au moins 3 à 4 tonnes, de plus il n'écrase pas les plantes de ces berges indispensables à leur tenue.
  • Les premières éclaircies : c'est le seul moyen de débardage qui permet réellement l'exécution d'une coupe sélective (en laissant alors sur pieds les arbres d'avenir) dans les peuplements denses, on utilise pleinement la maniabilité du cheval pour sortir les bois.
  • Les terrains pentus : comme par exemple en montagne ou le cheval franchira des pentes abruptes dans risque de verse contrairement au tracteur. Cependant, il se fatiguera beaucoup plus vite donc augmentera les temps de pause.
  • Les landes : pour l'entretien des chemins.
  • Les sols sableux : où les machines ne peuvent pas circuler sans s'enliser.
  • Les forêts périurbaines : où l'on recherche la tranquilité du public qui sera sensible au non tassement des sols et au respect des chemins.
  • Les zones protégées : où la protection des espèces et donc du milieu est indispensable comme par exemple une espèce de plante insectivore "la drosera"
  • Les futaies jardinées : sur tous les chantiers où la préservation des semis est primordiale, la maniabilité du cheval permet donc d'éviter les zones de régénération.
  • Toutes les zones où la préservation du sol est obligatoire : comme par exemple les parcs, les jardins classés et les châteaux.
  • Les petits chantiers : où la quantité de bois à sortir est faible.

 

Avantages de la traction chevaline.

  • Sur le plan économique. Le cheval en traction animale est intéressant économiquement.

- Le cheval peut être utilisé en complément du tracteur. Il permet de tirer le câble ne fatiguant pas l'homme. Les grumes rassemblées par le cheval, le débusqueur gagne du temps et n'est pas obligé de rentrer dans la parcelle, il reste sur les chemins évitant ainsi les dégats aux espèces forestières.

- Le cheval n'entraine pas de dégradations de chemins. Les tracteurs détruisent souvent les chemins qui entraînent de lourds coûts de reconstruction à la commune.

- Le cheval permet de désencrouer les arbres lorsqu'il est associé à des bûcherons. Le cheval permet un gain de temps aux bûcherons et notamment à l'ébranchage gage d'une meilleure productivité.

  • Sur le plan écologique

C'est l'avantage principal de cette méthode de débardage en traction animale :

- Les chevaux ne tassent pas le sol dû à leur faible portance d'environ 0.5 bar.

- Les chevaux ne s'enlisent pas, ils peuvent franchir des rivières et des talus.

- Les chevaux n'écorcent pas les réserves. Cela évite la prolifération des champignons, de pourritures et n'entraine pas de dégradation de la qualité des troncs d'avenir, et donc pas de pertes financières.

- Les chevaux contribuent à la régénération naturelle de la flore forestière. C'est à dire qu'ils évitent d'écraser les jeunes plants.

- Les chevaux n'ont pas besoin de chemins. Ils passent dans les petits sentiers et dans les apinières étroites.

- Les chevaux peuvent travailler dans des reliefs difficiles d'accès (fortes pentes, présence de rochers). Les pentes maximum sont de 45% mais les animaux se fatigueront aussi plus vite et pour un meilleur rendement les limites sont généralement de 10%.

- Les chevaux peuvent travailler en zones humides, sans risques d'enlisements ni d'orniérages.

- Les chevaux ne rejettent pas de substances polluantes et ne produisent pas de nuisances sonores. Pas de fuites d'hydrocarbures ou de lubrifiants, polluant le sol et les cours d'eaux.

- Les chevaux ne dégradent pas les chemins forestiers et routes avoisinantes. Il n'y a pas de motricité sur les routes des porteurs hippomobiles.

Inconvénients des chevaux :

C'est la puissance limitée des chevaux qui a diminué fortement leur utilisation au profit des tracteurs et des porteurs motorisés. En effet, un cheval peut tirer 25% de son poids soit environ 200 kg sans que cela l'affecte toute la journée et pendant de nombreuses années.

La distance de débusquage est aussi un facteur limitant si l'on veut rester compétitif par rapport à un tracteur. C'est pourquoi la distance limite pour un débusquage rentable est de 100m pour des terrains plats. Au dessus de cette limite, il faudra soit reprendre les bois au tracteur, soit accepter de payer un surcoût. En dessous de 100 m, le débusquage à cheval est moins onéreux que l'utilisation d'un tracteur.

 

Sondage

Que faut-il améliorer pour répondre à vos attentes ?

témoignages
tendance déco bois
trucs et astuces bois
choix du chauffage bois
la qualité de nos articles
la quantité de nos articles

Témoignages

Dans une période qui lui est propice, la filière bois...

...

Tags

Conduits de fumée Combustibles bois DTU 24.1 Maison bois Tubage Granulés de bois Chauffage au bois Atriers Tendance déco bois Bois déchiqueté Insert bois Énergie bois Conduit de raccordement Rénovation Bois Fumistes Chaufferie Bois bûches Chauffage aux granulés de bois Poêles à bûches Combustion de bois Construction bois Crédit d'impôt Filière bois Conduit de fumée extérieur Toiture en bois Bois de chauffage Pellets Chaudière à bois Cheminée bois Mon Chauffage Bois Poêle à bois